hallmakwanda_selfless_officielle2

SELFLESS

2018
Hall’Makwanda
Sculpture, Commissariat
Disponible

Deux œuvres d'art originales ont été sacrifiées (« Tefnout » et « Acte 3 : Libération »).
À présent, elles entourent et soutiennent une performance audiovisuelle
décuplée par des morceaux de miroir.
La destruction est parfois nécessaire pour apporter une nouvelle vie.
Tout est question de transmutation, notre création se vit comme une sculpture de soi.

MATISSE MAKWANDA,
à propos de « Tefnout »

J’ai utilisé la photographie pour cristalliser et révéler l’être, pour sublimer la réalité et digérer la connaissance. Aujourd’hui il s’agit de détruire pour créer. Demain il faudra dessiner notre avenir avec les cendres de ce que nous fumes et s’animer vers d’autres cristallisations, d’autres révélations. Le cycle de la création est comme le cycle de l’eau, il ne s’arrête jamais et il n’a aucune forme définitive.

     Voir la fiche
hallmakwanda_selfless_angle2
SELFLESS_detail2_hall-makwanda

Julia Hall,
à propos des Actes

Les morceaux de bois brûlés proviennent d’un premier Acte d’une série de création de Julia ; un auto-portrait. Suite au deuxième Acte témoignant de la rencontre et de l’ouverture à l’Autre, Acte 3 : Libération fut la performance de brûler l'auto-portrait ( le premier Acte ). Dans cette chaine en trois mouvements, le principe de l’individuation se décloisonne des limites de l’individuel, pour trouver la source de la création dans le relationnel. Cette œuvre est un dénouement sur la question de la transformation de soi. Le sens de l’individu, uni à celui du collectif, trouve une pleine dimension à sa condition êtrique.

Dans le texte « Libération » accompagnant la performance du tableau brûlé, Julia écrit : « La volonté de grandir et de devenir, projetée dans mon autoportrait, s’est dissoute dans le feu de son principe créateur même, et «est» malgré tout. Nous sommes création et nous n’avons qu’à être, exprimer, et partager dans la connaissance. »

Suivra de ce mouvement, SELFLESS.

FANNY DESSEAUX,
à propos de sa performance

Ces sourires qui cachent le mal de vivre et la solitude sont si nombreux sur nos fils d’actualités. Prendre un selfie pour le dévoiler au monde entier est un moment qui nous confronte à nos plus grands complexes et blessures tout en nous donnant l’illusion de pouvoir les soigner grâce à l’attention qu’il va nous apporter. Dans cette comédie, où nous jouons tous le rôle de la personne à envier, la transformation de notre personne n’est plus si cruciale tant que nous paraissons enviables aux yeux des autres. Certains sont devenus maîtres en l’art du faux-semblant même si le monde est de moins en moins naïf face à cette comédie pathétique. Finalement, nous n’aurons jamais été si connectés au monde tout en étant si déconnectés à nous-mêmes.

hallmakwanda_selfless_angle31
SELFLESS_ANGLE7
SELFLESS_ANGLE4
SELFLESS_ANGLE5
SELFLESS_ANGLE6